Marché ouvert et fermé

Il y a un courtier immobilier qui a fait une analyse de toutes les propriétés à revenu vendues au Québec l'an dernier. Il en ressort que 60% des ventes se sont faites hors marché, c'est à dire sans que la propriété n'ait été mise en marché par un courtier immobilier. L'information circule dans des cercles restreints, relations familiales, de travail ou professionnelles, et les ventes se concluent directement, sans intermédiaire. L'étude démontre que les propriétés vendues de cette façon se vendent en moyenne 11% moins cher par logement que celles mises en marché par les courtiers. 11% d'un million de dollars représente un montant de $110,000. Si on en soustrait la commission immobilière totale moyenne et l'impôt sur le gain en capital supplémentaire à payer, c'est une perte nette pour le vendeur de 37,000$ pour chaque tranche d'un million de dollars sur le prix de vente.

Il y a bien quelques vendeurs qui y trouvent leur compte en évitant coûte que coûte une publicité qu'ils ne souhaitent pas. Mais il y a surtout beaucoup d'acheteurs qui y trouvent le leur en mettant la main sur des propriétés à des prix bien en deçà de leur valeur marchande. C'est malheureux, surtout pour les propriétaires de longue date - souvent assez âgés - qui voient le fruit du travail de plusieurs années passer entre les mains de parfaits inconnus.

L'absence de mise en marché joue presque toujours contre le vendeur puisqu'elle ne permet pas à la compétition de faire son œuvre.  On peut avoir l'impression de faire une bonne affaire mais ça ne reste qu'une impression.  La statistique le démontre clairement.

Retour